Saint Martial

Son Histoire

iginaire d'orient mais envoyé par un pontife romain, Saint-Martial arrive à Limoges vers la fin du IIIème siècle.

"Saint-Martial, 1er évêque de Limoges!"

Auteur de plusieurs miracles et guérisons, la dévotion à Saint-Martial était grande sur toute la région.

Le culte sans cesse grandissant donna naissance à l'abbaye de Saint-Martial en 848.

Le Mal des Ardents reste la guérison miraculeuse à l'origine des Ostensions Limousines.

Le 12 novembre 994, une procession solennelle porta les reliques sacrées de Saint-Martial au "Mont Jovis", endroit le plus élevé de Limoge. La contagion pris fin et les malades furent guéris.

Originaire d'Orient, envoyé par un Pontife romain, avec les pouvoirs d'un évêque, Saint-Martial gagna notre région par la voie romaine de Bourges à Limoges probablement à la fin du III ème siècle.Sidoine Apollinaire, évêque de Glermont,  mort en 488, écrit que la cité des Limousins reçut Saint-Martial comme évêque.

Grégoire de Tours précise vers 576 que, sous le Consulat de Dèce et de Gratus (vers 250), Saint-Sernin fut envoyé dans les Gaules avec six autres évêques, dont Martial accompagné de deux prêtres orientaux Alpinien et Austriclinien qui devaient lui survivre et être enterrés auprès de lui dans une crypte basilique située à l'emplacement occupé autrefois par un cimetière gallo-romain construit selon la coutume, hors de la ville.Saint-Aurélien et Saint-André, sacrificateurs des idoles, furent ressuscités et convertis à Jésus-Christ par ce grand Saint. Saint Aurélien fut le deuxième évêque de Limoges et Saint André fut destiné au service de Dieu, près du Sépulcre de l'Apôtre.SAINT-MARTIAL, APOTRE DE L'AQUITAINE Premier Evêque de Limoges


De gueules au buste de saint Martial d'argent,

habillé et nimbé d'or, 
accosté des lettres onciales, S à dextre, M à senestre, 
chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or.

Devise: « Dieu garde la ville et saint Martial la population »


Prière de Saint Martial


Martial, toi qui nous as conduits aux sources de l’amour et de la liberté révélées au coeur de la passion et de la Résurrection du Christ, ne t’étonne pas que nous soyons épris du respect des consciences et du désir de vivre libres.

Martial, toi qui as donné ta vie pour le Christ et pour l’amour des Limousins, garde-nous dans la fidélité à la foi reçue des apôtres, fais de nous des artisans de paix, des témoins de la solidité et de la vérité de l’Evangile dans le respect de la dignité de chaque être humain.

Martial, toi qui as planté ta tente au carrefour des hommes, toi dont le corps semé en terre a rassemblé le peuple limousin, apprends-nous le service de l’Eglise et de la cité. 

​A l’exemple du Christ, fais de nous des apôtres de la fraternité et de la paix de Dieu dont tu as été pour nous le premier messager.

"Prière pour le Millénaire du Mal des Ardents 1994"


Le mal des ardents

994 Épidémie d’ergotisme à Limoges, 40000 morts, devant l’étendue du désastre une procession fut ordonnée.

Le moine et chroniqueur Adémar de Chabannes (988-1034) nous relate les évènements: “Le dixième abbé, Geoffroy, gouverna pendant sept ans; il mourut le 5 des ides d’octobre (11 octobre 998).

Sous son abbatiat, des plaies brûlantes couvrirent le corps des Aquitains, et plus de quarante mille hommes moururent de cette épidémie.

Pour cette raison, l’abbé Geoffroy et les évêques d’Aquitaine assemblés à Limoges élevèrent le corps de l’apôtre (saint Martial premier évêque de Limoges) et le transportèrent au Mont-Jovis; de là ils le rapportèrent à son tombeau la veille des nones de décembre et la peste de feu cessa”.

C’est cet événement que commémorent aujourd’hui encore, tous les 7 ans, les Ostensions Limousines célébrées au Printemps.

Avec la peste, le mal des ardents était un des grands fléaux du Moyen-Age.

De couleur noirâtre, l’ergot de seigle se présente sous la forme d’une excroissance, qui s’accroche aux épis de seigle.

Il pousse principalement sur du seigle abimé par des Étés très humides. 

 En Europe au Moyen-Age, quand le pain se faisait à base de seigle, des populations entières étaient intoxiquées par des grains parasités. Cette terrifiante maladie frappait surtout les pauvres en épargnant les riches, car ces derniers ne mangeaient ni seigle ni farine de piètre qualité. On croyait alors qu’il s’agissait d’une punition divine et les églises se remplirent et moult processions se déroulèrent. On priait Dieu et ses Saints, notamment Saint Antoine.                                                                                                 La consommation de farines préparées avec des grains ergotés engendre l’ergotisme qui provoque des troubles hallucinatoires et des délires avec des convulsions qui ressemblent à des crises d’épilepsie. Dans les cas graves elle entraine une gangrène des extrémités, provoquée par une diminution ou un arrêt complet de l’irrigation sanguine. Les chroniqueurs de l’époque écrivirent que “les malades étaient dévorés par un feu intérieur qui se localisait aux pieds, aux mains, à la poitrine. Puis le corps se desséchait et devenait noir, les extrémités se détachaient et ils mouraient dans d’horribles souffrances”.


Ce Mal des Ardents était désigné par plusieurs noms suivant les lieux et les symptômes : Peste de Feu, Feu Sacré, Feu Saint-Antoine, Saint Martial ou Saint Michel, Gangrène des Solognots...

​L’épidémie de 994 fit 40 000 morts dans le sud-ouest de la France (Aquitaine et Périgord) ainsi que dans l’Angoumois et le Limousin. C’est la chronique de Raoul Glaber, moine de Cluny, qui donne les précisions suivantes : « A cette époque sévissait parmi les hommes un fléau terrible, à savoir un feu caché qui, lorsqu’il s’attaquait à un membre, le consumait et le détachait du corps ; la plupart en l’espace d’une seule nuit furent complètement dévorés par cette affreuse combustion... ».


Dictons

  1. Lorsqu'en juin on voit sa fin, Saint-Martial souvent lave le chemin.
  2. Prépare autant de bons tonneaux qu'en juin tu compteras de jours beaux.(Saintonge)


le miracle des ardents

Gabriel-François Doyen - Le Miracle des Ardents Eglise St.Roch Paris 1767

Epis parasités

ses reliques

​Les reliques sont aujourd'hui constitués :

du chef de Saint-Martial, gardé dans la grande Châsse
d'un os du bras de Saint-Martial gardé dans un bras reliquaire

Les reliques de Saint-Martial sont proposées à la vénération des fidèles plusieurs fois par an et lors des Ostensions Septennales Limousines.

st michel des lions _ Panoramique

smdl