Michel Chevalier (1806-1879)

Michel Chevalier est un homme politique et économiste français.

Né à Limoges le 13 janvier 1806
Son père était chef de bureau à la direction des Contributions indirectes.
​Frère d'Auguste Chevalier
Mort au château de Montplaisir à Olmet-et-Villecun, près de Lodève, le 28 novembre 1879.

Sénateur du Second Empire : 1er janvier 1869 – septembre 1870

Député de l'Aveyron : 25 janvier 1845 – 6 juillet 1846


carrière politique


Reçu en 1823 à l'Ecole Polytechnique, il en sort major en 1825.
Quand éclate la révolution de 1830, il est attaché comme ingénieur des Mines au département du Nord.
Il quitte alors son poste pour prendre la direction du journal saint-simonien Le Globe (1831).

C'est l'époque où il publie Politique industrielle et Système de la Méditerranée (1832), où il préconise la construction d'un réseau ferré commun à tous les pays riverains de la Méditerranée, et les reliant à la Russie, à la Turquie, à l'Orient; il y était même question de percer les isthmes de Suez et de Panama.

Après le coup d'Etat du 2 décembre de Louis-Napoléon Bonaparte, il est un des premiers à se rallier au nouveau régime, étant d'ailleurs depuis toujours partisan d'un pouvoir autoritaire (son frère, Auguste, est d'ailleurs secrétaire du cabinet du prince président). Il rentre alors à l'Académie des Sciences Morales et Politiques et retrouve sa chaire au Collège de France, il est aussi nommé au Conseil d'Etat.

Michel Chevalier, qui était resté fidèle à ses convictions en faveur d'un pouvoir fort en politique, contraignant l'industrie à la liberté commerciale, est alors nommé sénateur et grand officier de la Légion d'honneur.

Président de la Ligue internationale de la paix, il est le seul, au Sénat, à voter en 1870 contre la déclaration de guerre à la Prusse.

A la chute de l'Empire, s'étant retiré de la vie publique, il fonde une société d'études pour la réalisation d'un tunnel sous la Manche
Il obtient la concession du tunnel en 1880, mais les travaux seront abandonnés après sa mort, le 18 mars 1883, pour des raisons militaires.

La longueur des galeries creusées atteint 2026 m côté anglais et 1839 m côté français.

Distinction

  1. Grand officier de la Légion d'honneur le 1er janvier 1861 (Archives nationales, cote L0522031).

Publications

  • Lettres sur l'Amérique du Nord (1836);
  • Des intérêts matériels en France, travaux publics, routes, canaux, chemins de fer (1837)
  • Histoire et description des voies de communication aux États-Unis, 2 volumes (1840-42)
  • Essais de politique industrielle (1843)
  • Cours d'économie politique, 3 volumes (1842-50)
  • L'isthme de Panama, suivi d'un aperçu sur l'isthme de Suez (1844)
  • Lettres sur l'organisation du travail, ou études sur les principales causes de la misère et les moyens pour y remédier (1848)
  • La question des travailleurs (1848)
  • La liberté aux États-Unis (1849)
  • Examen du système commercial connu sous le nom de système protecteur (1851)
  • L'expédition du Mexique (1862)
  • De la baisse probable de l'or (1869)
  • Les brevets d'invention examinés dans leurs rapports avec le principe de la liberté du travail et avec le principe de l'égalité des citoyens (1878).