Limoges disparu

Casino de Limoges

Ouvert le 28 janvier 1901, le Casino de Limoges, situé place de la République, faisait office de café-concert-music-hall. Menuisier creusois de formation, Jean Faissat (1860-1926) commence son activité photographique vers 1890 à Limoges et la cesse vers 1912, lorsqu’il cède son atelier photographique à Boureau

Ouvert le 28 janvier 1901, le Casino de Limoges, situé place de la République, faisait office de café-concert-music-hall. En 1901, Limoges est en pleine expansion, la population croît au fur et à mesure que les industries se développent. Une certaine intensité de la vie intellectuelle et culturelle en découle. 
Symbole de la Belle-Époque de par sa façade ouvragée et les représentations données

Source

Maison Nivet


La Maison Nivet, à l'angle de la rue des Combes et de la rue des Sorétas , vers 1880.

Cet hotel particulier situé la limite du quartier Viraclaud, fut détruit en 1899 dans le cadre du plan d'assainissement de la municipalité.

Il aurait inspiré Balzac et servi de décor à son roman « le Curé de village ».


Ancien Hotel de Ville

Sous le Premier empire, le 3 juillet 1802, la ville de Limoges acheta le couvent Saint-Gérald et s'en servit comme hôtel de ville. Photo réalisée avant la démolition commencée en 1878, pour laisser la place à la construction du nouvel Hôtel de ville.

On aperçoit l'Hôpital Général qui se trouve sur son côté droit

Source

l'ancienne clinique Chénieux

La Caserne des Bénédictins

L'ancienne école normale de Garçons

Sadi Carnot

Cirque municipal

l'usine Haviland

Denis Dussoubs

Porte Tourny

L'abbessaille

L'hopital général

L'usine Heyraud

L'observatoir

Théatre Berlioz

Portail Imbert