Lucien Henry

Sculpteur-peintre-...colonel de la Commune,

Né à Sisteron dans les Alpes-de-Haute-Provence en 1850, mort à Saint-Léonard-de-Noblat en 1896 où il est inhumé
Très engagé dans la Commune de Paris en 1870, il est arrêté et déporté en Nouvelle-Calédonie. Libéré, il part en Australie où il devient un artiste connu. Revenu en France en 1891, il s’installe jusqu’à sa mort au hameau du Pavé, à Saint-Léonard-de-Noblat.

Lucien Henry arrive à Paris en 1867 pour suivre des cours des Beaux-arts et devient le modèle du peintre et sculpteur Jean-Léon Gérôme.
Militant socialiste, membre de la première internationale, il collabore au journal La Résistance.

Pendant la guerre Franco-prussienne et la Commune (1870-1871) il est membre de la Garde nationale.
Le 11 mars 1871 il est élu chef de la légion du XIVe arrondissement et devient le « colonel Henry ».

Le 3 avril il participe à la sortie de Châtillon repoussée par les versaillais.
Au cours de cette offensive malheureuse il est arrêté. Condamné à mort en 1872, sa peine est commuée à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Gracié en 1878, il s'installe en Australie où il connaît une certaine notoriété comme peintre.
Les vitraux de la mairie de Sydney sont son œuvre magistrale. Il revient en France en 1891,

Colonel de la commune

Tete de canaque

Vitraux sydney